Ange ou démon : des besoins à satisfaire !

Ange ou démon : des besoins à satisfaire !

La bienveillance ou la malveillance ?

Je ne crois pas que la bienveillance soit innée. Tout comme je ne crois pas à la malveillance des êtres humains. Finalement je préfère crois en un modèle gagnant-gagnant !

On ne nait pas ANGE ou DEMON !

ange : bienveillant
démon : malveillant

Pour commencer, j’aime l’idée (et la CNV le dit très justement) que nous avons des besoins et que nous souhaitons les satisfaire.

Des besoins à satisfaire ?

A la naissance, nous sommes neutres : ni bienveillants, ni malveillants. Et à partir de ce moment nous manifestons nos premiers besoins. Pour le moment, nos besoins, au départ, plutôt simples : nourriture, propreté, AMOUR sont faciles à satisfaire. En général, au stade bébé, la réponse à nos besoins est assez rapide.

C’est ensuite en grandissant que ça se complique. En effet nos besoins d’enfants ne sont plus seulement des besoins vitaux (comme manger ou dormir) et ne sont plus si rapidement facile à satisfaire. 

Nous ! parents, ne pouvons plus répondre tout le temps et tout de suite à tous les besoins de notre ou nos enfants. Naissent alors des frustrations et avec, souvent nos premiers cris et réactions. 

Comment faire alors pour satisfaire tout le monde ?

Essayons d’aller vers un modèle gagnant-gagnant avec nos enfants et de répondre à leurs besoins dès que nous le pouvons tout en tenant compte de nos propres besoins. 

Soyons un exemple pour eux et avec eux.

Soyons ce que nous voulons voir chez eux !

Je suis convaincue que l’exemple est bien plus parlant que les mots. Et je crois réellement que je n’ai pas le droit de demander à mon enfant de faire quelque chose (ou de ne pas le faire) si moi même je m’en accorde le droit (ce doit être mon fort besoin de justice qui est présent alors). 

Soyons donc des exemples pour nos enfants.

Mais alors comment montrer l'exemple ?

Et bien demandons-nous ce que nous souhaitons et si nous souhaitons…

  • des enfants altruistes, alors soyons généreux de temps avec eux et partageons des moments en famille.
  • plus d’indulgence autour de nous, alors apprenons à pardonner rapidement.
  • des enfants aimables, parlons calmement et simplement avec eux.
  • de la politesse, soyons généreux de merci et de s’il te plait.
  • des enfants honnêtes, soyons francs et justes, avec eux.
  • du bonheur et des enfants heureux, jouons et rions tous ensemble le plus souvent possible.
  • des enfants cultivés et ouverts d’esprit, lisons, voyageons, communiquons en famille.
  • de l’estime, respectons leurs choix, comprenons leurs besoins.
  • la paix, montrons l’amour et la bienveillance.
 

Et comme personne n’est parfait, accordons nous le droit à l’erreur. Laissons à nos enfants le droit (le devoir) de faire des erreurs. C’est en faisant des erreurs que l’on apprend. Guidons nos enfants pour qu’ils apprennent de leurs erreurs comme nous apprenons aussi des nôtres. 

Pour d'autres articles en éducation consciente.

Et pour nous suivre sur facebook.

Stéphanie THOMAS-MANSUY

Enseignante et praticienne en psychopédagogie positive.

Leave a Reply